Société Éduenne des Lettres, Sciences et Arts

Fiche rédigée par : Madeleine Médard, bibliothécaire de la Société

Création

Logo, Société EduenneLa Société Éduenne est fondée en 1836, à l’occasion de la construction du nouvel Hôtel de Ville d’Autun et de la création d’un musée municipal dans ses locaux. Elle résulte d’une assemblée préparatoire présidée par le Maire Laureau, désireux de créer une société scientifique à Autun, compte-tenu des « richesses archéologiques et minéralogiques » du sol autunois.

Ses statuts ont été approuvés le 6 mai 1836 ; l’article 1er était ainsi rédigé : « le but fondamental de la Société est de contribuer au progrès et à la propagation des Lettres, Sciences et Arts, dans l’arrondissement d’Autun ».

La Société est reconnue d’utilité publique le 30 mai 1866.
 

Travaux marquants

Vue de l
Église cathédrale d'Autun
(source: BnF-Gallica)
La Société Éduenne a largement contribué à la préservation et à la valorisation du patrimoine d’Autun et de sa région.
Les musées de la ville lui doivent une part notable de leurs collections et de leurs renommées. En 1861, elle aménage le musée lapidaire dans l’ancienne chapelle Saint-Nicolas et créée son propre musée à l’Hôtel Rolin. En 1939, elle acquiert la maison Verger-Tarin (devenue musée).

L’actuel musée Rolin résulte de la donation en 1954 par la Société Éduenne à la Ville de ses bâtiments et de ses collections, fusionnées avec celles de l’ancien musée de l’Hôtel de Ville. La Société publie les études qu’elle reçoit dans des Mémoires périodiques, envoyés gratuitement aux sociétaires, ou dans des volumes hors-série.Les tomes des Mémoires publiés à rythme annuel de 1872 à 1914, représentent une documentation particulièrement abondante. La publication se poursuit depuis, à un rythme moins soutenu.

La Société Éduenne propose également des cycles de conférences et des excursions. Sa bibliothèque, riche de plus de 20 000 volumes, d’importants fonds d’archives, de manuscrits (du XIIe au XXe siècle), d’imprimés (du XVIIe siècle à nos jours...), représente un important foyer de recherches.
 

Les publications

Les premières publications de la Société Éduenne ont été un compte-rendu de ses travaux en 1836-1837, puis deux volumes de Mémoires, et trois volumes d’Annales de 1853 à 1864.
 
Vue de la porte St andré - et du reste du temple d hercule, vue de loin de la pierre de Couard a autun : [dessin] / Lallemand ft
Porte Saint-André, Autun
(source : BnF-Gallica)
Depuis 1872 elle publie périodiquement des Mémoires. La célébration du bimillénaire de la ville d’Autun en 1885 a donné lieu à un cycle de conférences organisé par la Société Éduenne, et à un colloque qui ont donné lieu à la publication de Sept siècles de civilisation gallo-romaine vus d’Autun, recueil des textes des conférences, et Les villes augustéennes de Gaule, recueil des actes du colloque.

Le bicentenaire de la Révolution française a été l’occasion d’une réédition en fac-similé du périodique révolutionnaire autunois (mars 1793-juillet 1794) conservé dans les collections de la Société Éduenne, La sentinelle d’Autun.

Parmi les publications récentes : les actes du 17e colloque de l’Association bourguignonne des sociétés savantes (tenu à Autun les 13 et 14 octobre 2007), L’Eau dans la vie des hommes de l’Antiquité à nos jours.
Mémoires de la Société éduenne (1872)
Jacques-Gabriel Bulliot
(source: BnF-Gallica)
La Société Éduenne a été successivement présidée par Jules-Hilaire Laureau (maire d’Autun de mai 1836 à août 1837), puis par César Lavirotte, Laureau de Thory (1839), le baron d’Espiard (1853), l’abbé Devoucoux (1855), Joseph de Fontenay (1858), Jacques-Gabriel Bulliot (1861), à qui on doit notamment la redécouverte de Bibracte, Anatole de Charmasse (1902), le colonel Sadi Carnot (1932), Jules Basdevant (1948), qui fut, entre autres, président de la Cour internationale de justice de La Haye de 1949 à 1952, et qui a participé à la fois aux travaux préparatoires de la fondation de la Société des Nations (1919) et à la rédaction de la Charte de San Francisco (1945).

Le doyen Jean Richard, membre de l’Institut de France, actuel président de la Société Éduenne, lui a succédé (1968).



Pro Alesia : revue mensuelle des fouilles d
Joseph Déchelette sur le Mont Aussois,
en 1908 (source: BnF-Gallica)

Parmi les premiers membres de la Société furent Roidot-Deleage et le futur cardinal Pitra.
Outre Mgr Devoucoux, J.-G. Bulliot, et son neveu Joseph Dechelette, continuateur des fouilles de Bibracte, les érudits qui ont le plus largement contribué aux travaux et au rayonnement de la Société Éduenne ont été dans le dernier quart du XIXe siècle Anatole de Charmasse et Harold de Fontenay.

Sous la présidence de Bulliot, c’est l’époque des fouilles d’Autun de Bibracte, et des publications, outre les Mémoires, du Cartulaire de l’Église d’Autun, par Charmasse, de l’Histoire de l’Ordre de Cluny, écrit par Pignot. C’est aussi le temps où la Société Éduenne sauve l’Hôtel Rolin, y installe son siège, sa bibliothèque et son musée.

Les personnalités marquantes sont, dans l’entre deux-guerres, André Gillot, et Charles Boëll, qui a accompli un travail érudit et administratif considérable, et après 1945 l’abbé Berthollet.

Plus près de nous on peut citer le chanoine Denis Grivot et l’abbé Joseph Décréaux, ainsi que Alain Rebourg, prématurément disparu en 1999, dont les travaux archéologiques à Carthage et à Autun restent fondamentaux, et qui, secrétaire perpétuel, lui donna un nouvel élan.
La Société est forte de 304 membres (en date de l’assemblée générale du 5 février 2011).
Pour les sociétaires à jour de leur cotisation annuelle, les Mémoires et l’entrée aux conférences sont gratuits.

Les conférences sont ouvertes à tout public; les Mémoires et autres publications de la Société Éduenne sont disponibles à la vente. La bibliothèque de la Société reçoit les chercheurs sur rendez-vous.

Coordonnées

Hôtel Rolin 3, rue des Bancs - 71400 Autun

Président : Jean Richard
Secrétaire : André Strasberg